vendredi, juin 16, 2006

Le CDH veut la peau de Demannez (PS), Simonet (MR) celle de Clerckx (MR) en plus !

Saint-Josse sans le PS

Le CDH demande la démission du bourgmestre socialiste Jean Demannez

SAINT-JOSSE Hier midi, le CDH de la commune de Saint-Josse a présenté sa liste plurielle et son programme pour les élections communales du 8 octobre prochain. Neuf axes majeurs seront défendus par les membres d'une liste tirée par Éric Jassin, conseiller communal et conseiller CPAS. La citoyenneté, l'emploi la petite enfance ou encore le logement seront aux milieux de leurs préoccupations pendant la campagne. "Et peut-être après, souffle Khalil Zeguendi, qui pousse la liste comme indépendant. Nous allons travailler pour que la majorité actuelle soit sanctionnée. Nous espérons être dans la prochaine majorité avec le bourgmestre socialiste actuel Jean Demannez, s'il le faut. Sans, ce serait mieux..."

Les humanistes tenoodois ont profité de la présentation de leur liste pour regretter le climat malsain entraîné par l'affaire Leclère, du nom de l'ex-conseiller PS du CPAS et ex-président de la locale PS tenoodoise. Sa domiciliation fictive a ouvert la porte à de nombreuses dénonciations qui n'apporte pas la sérénité dans la commune.

"Le CDH dénonce les propos insultants tenus par Jean Demannez à l'égard des citoyens, propos laissant entendre que les Tenoodois n'ont pas les compétences requises pour participer à la gestion de leur commune, a expliqué hier Éric Jassin. Ces déclarations, formulées pour justifier les contournements des règles et des procédures légales en matière d'octroi de logements, sont inacceptables dans le chef du premier magistrat de la commune. Jean Demannez se doit donc de démissionner !"

Éric Jassin souligne aussi qu'il a soulevé en mars le cas de deux échevins habitant des logements communaux, Dorah Ilunga Kabulu (Instruction publique et Emploi) et Mohammed Jabbour (Finances, Jeunesse et Culture). La première citée a quitté ce logement cette semaine et son collègue devrait en faire de même très prochainement.

Le CDH tenoodois est partisan d'une majorité sans les socialistes de Jean Demannez. Il veut sanctionner sa majorité actuelle.

Mateusz Kukulka (La Dernière Heure 16/06/2006)



Le CDH tire à boulets rouges

Le CDH de Saint-Josse a présenté sa liste et son programme en vue des élections d'octobre. « Une liste multiethnique, alternant les deux sexes et représentatives des différents tissus de la population, commente Eric Jassin, tête de liste. Nous n'affichons pas de vedettes mais des gens qui connaissent leur quartier, leur rue. » Eric Jassin est suivi par Mie-Jeanne Nyanga Lumbala et Ibrahim Erkan. Khalil Zeguendi ferme la marche. La liste comprend trois CD&V et trois indépendants.

Cette présentation n'a pas fait abstraction du climat actuel, empreint des révélations sur l'attribution parfois peu scrupuleuse de logements publics à Saint-Josse. « Le CDH dénonce les propos tenus par Monsieur Demannez, déplorant le manque de cadres compétents susceptibles de participer à la gestion des affaires par leur commune. Ces déclarations sont formulées pour justifier le contournement des règles et procédures légales en matière d'octroi des logements. »

Et le CDH de demander la démission de Jean Demannez. Tout en citant les échevins PS Jabour et Ilunga comme disposant d'un logement du patrimoine communal. « La maison où j'habite a été vendue, explique Jabour. J'ai alors loué un appartement communal, pour 750 euros (je gagne 2000 euros par mois). Avec l'arrivée de l'Europe à la tour Madou, les prix de l'immobilier grimpent. Une circulaire de janvier 2006 précise que les mandataires exécutifs ne peuvent bénéficier d'un logement public, mais elle ne s'applique pas à ceux qui se sont vus attribuer ce logement avant cette date. Ce qui est mon cas. Quoi qu'il en soit, je déménage. » Même son de cloche du côté de Dora Ilunga qui quitte aussi son logement.

« Que pouvais-je faire ? »
Geoffroy Clerckx, échevin MR du logement, signale, lui, qu'il n'a pas l'intention de démissionner comme le lui suggérait le chef de groupe MR au Parlement bruxellois, Jacques Simonet (Le Soir de jeudi), s'il ne parvenait pas à lui prouver qu'il s'était opposé au reste du Collège. « On essaye de me faire porter le chapeau, mais qui pourrait croire que, seul échevin libéral dans un collège socialiste, j'aurais pu empêcher toute attribution de logement avec laquelle je suis en désaccord total ? »

Pour Simonet, le rôle de Clerckx était de dénoncer. « Sans cela à quoi servait-il d'avoir un échevin MR ? S'il ne me fournit pas les documents attestant de son opposition - qui, je pense, n'existent pas - il doit faire un pas de côté. »

Anne-Cécile Huwart (Le Soir 16/06/2006)



SAINT-JOSSE-TEN-NOODE

«Jean Demannez doit se démettre», dit le CDH

Deux échevins habitent un logement appartenant au patrimoine privé de la localité.
Amalgame ou huile sur le feu? Toujours est-il que les déclarations d'Eric Jassin, chef de groupe CDH, lors de la présentation de la liste qu'il tirera à St-Josse en vue du scrutin d'octobre, ont interpellé.

Dans un aparté à la présentation de sa liste, Eric Jassin s'est fait fort de condamner les déclarations du mayeur de l'entité, Jean Demannez (PS), qui «se fouterait de contourner les procédures d'attribution de logements sociaux». Et M. Jassin de soutenir que, «pour moi et le CDH, Jean Demannez doit se démettre. La loi est claire et son respect s'impose à tous».

A l'approche des élections d'octobre, toutes les cartes sont aussi bonnes à jouer... C'est ainsi que M. Jassin a déclaré que deux échevins, Mohammed Jabour et Dohra Ilunga Kabulu, disposent d'un logement appartenant au patrimoine communal de St-Josse. Il faut cependant préciser que ces appartements ne sont pas des logements sociaux, mais appartiennent au patrimoine privé de la commune. Les loyers s'élèvent d'ailleurs à 750 euros.

Néanmoins, l'article 9 de l'ordonnance du 12 janvier 2006 portant sur la transparence des rémunérations et avantages des mandataires publics bruxellois stipule que «lorsqu'il est en fonction, un mandataire exécutif ne peut se voir attribuer en location quelque logement public que ce soit». Mais dans le cas des deux échevins, cet article ne s'applique pas, car ils habitaient déjà leur logement avant la promulgation de l'ordonnance. M. Demannez note cependant qu'«en raison des nombreuses emmerdes qu'ils subissent, les deux échevins vont déménager». Et de regretter l'existence de l'ordonnance: «Comme si un échevin ne pouvait pas côtoyer un avocat ou un balayeur de rue dans un immeuble du patrimoine communal...»

Stéphanie Bocart
(La Libre Belgique, Mis en ligne le 16/06/2006)



Geoffroy Clerckx ne démissionnera pas

" Je suis droit dans mes bottes. Je n'ai strictement rien à me reprocher !"

SAINT-JOSSE Dans nos éditions d'hier, le chef de file de libéraux bruxellois Jacques Simonet demandait à l'unique échevin MR de la majorité tenoodoise, Geoffroy Clerckx, en charge de la gestion des Propriétés communales, de fournir la preuve qu'il s'est opposé aux attributions de logements discutables de logements à un fonctionnaire communal et à la mère d'une échevine.
"Il a dit s'y être farouchement opposé en collège, a déclaré hier Jacques Simonet. Cela doit être consigné dans un PV, comme cela doit se faire dans chaque commune. À moins que Saint-Josse soit une commune bananière, Geoffroy Clerckx doit pouvoir se fournir une preuve auprès du secrétaire communal. S'il ne le fait pas, il devra démissionner."

Geoffroy Clerckx a bien rencontré le secrétaire communal mais ne désire rien dire à ce sujet. Il a préféré envoyer un communiqué dans lequel il dit : "Je n'ai aucune raison de démissionner. Je suis droit dans mes bottes. Je n'ai strictement rien à me reprocher. [...] Qui pourrait croire que, seul échevin dans un collège socialiste, j'aurais pu empêcher toute attribution de logement avec laquelle je suis en désaccord."

Pourtant avant-hier, le bourgmestre Jean Demannez ne se rappelait pas que l'échevin MR ait marqué son opposition dans les attributions de logements. "Le logement est l'une de ses compétences. Il est donc au courant de tout ce qui touche cette matière", a encore ajouté le bourgmestre.

Pour Jacques Simonet, dire qu'on est droit dans ses bottes ne suffit pas. "J'attends de lui qu'il me fournisse la preuve que je lui ai demandée sinon il devra démissionner. Il faut respecter les lois, si on ne le fait pas, alors il faut prendre ses responsabilités. Mais je n'arrive pas à comprendre pourquoi il ne fait rien pour corroborer ses dires ? À moins qu'il n'ait pas dit les propos qu'il clame..."

Le chef de file libéral a tenté de contacter hier soir l'échevin tenoodois mais en vain. "Au MR, il n'y a pas d'estompement de la norme comme au PS, si Geoffroy Clerckx n'a pas compris le message que je lui ai adressé, il aura des difficultés à être sur la liste, a encore déclaré Jacques Simonet. Et s'il n'arrive pas à me fournir ce vendredi d'explications quant à sa position dans cette histoire d'attributions de logements et qu'il ne démissionne pas, il sera exclu du MR. Mais nous n'en sommes pas encore là."

Mateusz Kukulka (La Dernière Heure 16/06/2006)