jeudi, juin 15, 2006

mardi 6 juin - Un conseiller CPAS démissionne

Le Soir 6 juin 2006

Logement fictif d'un conseiller CPAS

Sur le site du PS, le nom de Roger Leclère est associé à deux adresses : 139, rue du Moulin et 30, chaussée de Louvain, à Saint-Josse-ten-Noode. Mais le président de la section locale du PS, président de la société de logement social HBM et ex-conseiller CPAS ne réside ni à l'une, ni à l'autre. Comme la RTBF le révélait dimanche soir, Roger Leclère n'habite d'ailleurs pas du tout à Saint-Josse.

Suite à ces révélations, le socialiste s'est domicilié à l'endroit où il vit réellement, à Molenbeek-Saint-Jean. Il a donc de ce fait dû quitter son poste de conseiller CPAS. « J'avais vendu mon logement rue du Moulin pour un autre en dehors de Saint-Josse , explique Roger Leclère. En attendant, j'ai pris cette adresse chaussée de Louvain, un appartement transformé en bureau, juste à côté du Mirano. Nous étions début 2005. J'aurais dû démissionner tout de suite. Mais je savais que je ne serais pas candidat aux prochaines élections. . . Aujourd'hui, je suis morfondu. »
Jean Demannez, bourgmestre PS de Saint-Josse, assure qu'il n'était pas au courant. « Lorsqu'une personne déménage au sein de la même commune, l'enquête de police n'est pas la même, explique le maïeur. Et ce n'est pas mon rôle d'aller vérifier. Je ne pense pas que cette affaire mérite tout un bazar. Roger Leclère est un technicien, pas un politicien. C'est un homme de l'ombre, pas du tout intéressé. Ses jetons de présence ne lui rapportent pas grand-chose (environ 1. 200 euros brut par an, NDLR) ».

Du côté de l'opposition, on déplore le manque d'éthique. « Notre ancienne tête de liste avait elle aussi trouvé un logement en dehors de Saint-Josse », explique Zoé Genot, députée fédérale et actuelle tête de liste Écolo. « Elle a aussitôt démissionné. C'est la loi. » Pour Zoé Genot, Roger Leclère ne serait pas le seul dans sa situation. « Des noms d'élus disposant d'un logement fictif circulent mais nous n'avons pas de preuves. » Un élu CDH serait dans la situation. « Nous sommes en train de vérifier, note Eric Jassin, président de la section CDH locale. Si cette personne n'habite pas Saint-Josse, elle devra quitter son poste et le CDH. »

« Inquiétant »

Écolo disposerait de documents attestant que des habitations de contrats de quartier n'ont pas été attribuées dans les règles. « Nous l'avons dénoncé au conseil communal. Le bourgmestre n'a pas démenti, il plaide pour la mixité dans les quartiers. La tutelle devrait ouvrir une enquête. Des comportements peu éthiques ont l'air communément admis dans la commune. C'est inquiétant. » Jean Demannez rétorque. « Ce n'est pas évident de trouver 27 élus compétents dans une commune grande comme un mouchoir de poche. J'estime que pour qu'ils restent, il faut les aider. »

Au cabinet du ministre-président de la Région bruxelloise, Charles Piqué, on estime que Roger Leclère devrait aussi démissionner de la présidence de la société HBM et de la section locale du PS. « Je le ferai si on me le demande » , répond l'intéressé. Roger Leclère sera entendu mardi par Philippe Moureaux, président de la Fédération bruxelloise du PS.

Anne-Cécile Huwart


La Dernière Heure 06/06/2006

Démission pour logement fictif

Le président de la section PS a démissionné de son poste de conseiller CPAS. Il n'habite plus la commune depuis fin 2004

SAINT-JOSSE «J'ai fait une bêtise!» Roger Leclère ne se voile pas la face. Il a commis une erreur ou un méfait, c'est selon, que la RTBF a mis en exergue dimanche soir.

Ce président de la section PS de Saint-Josse-ten-Noode occupait jusqu'à maintenant un poste de conseiller CPAS. Ce mandat politique nécessite d'habiter sur le territoire communal. Ce qui n'est plus le cas de Roger Leclère depuis fin 2004. «À l'époque, j'ai cherché un autre logement, mais je n'en ai pas trouvé. De toute façon, j'avais pris la décision d'arrêter la politique après les élections d'octobre. J'ai donc pris un logement fictif en attendant.» Sur le site du PS, il était même répertorié à deux adresses: au 30, chaussée de Louvain et au 139, rue du Moulin.

Depuis ces révélations, Roger Leclère a démissionné de son poste de conseiller CPAS. «Je me rends compte que c'était stupide, explique-t-il. Mais j'assure une chose, je n'ai pas fait cela pour des raisons financières.» Comme conseiller CPAS, il touche 75 euros brut comme jeton de présence, à raison d'une ou deux réunions par mois. Il est aussi président de la société de logements sociaux HBM pour laquelle il perçoit entre 1.200 et 1.300 euros brut annuels.

«Pourtant, il aurait dû démissionner quand il s'est rendu compte qu'il n'allait plus habiter dans la commune, explique la députée fédérale Zoé Genot, tête de liste Écolo de Saint-Josse. L'année dernière, une conseillère communale Écolo a déménagé à Schaerbeek. Elle a immédiatement remis son mandat.»

Au cabinet du ministre-président Charles Picqué, aussi socialiste, on attend que Roger Leclère se retire de ses fonctions. «Si on me le demande, je suis prêt à quitter les différents postes que j'occupe », dit-il. Il restera toujours à ce travailleur peu médiatisé jusqu'à aujourd'hui le métier qu'il n'a jamais abandonné, à savoir auditeur à la Cour des comptes. «Je suppose d'ailleurs que je dois m'attendre à donner des comptes quant à cette affaire.»

Jean Demannez (PS), le bourgmestre de Saint-Josse, lui, ne pense pas que Roger Leclère doit en faire plus. «Seul le mandat de conseiller CPAS demande une domiciliation dans la commune. C'est quelqu'un d'intelligent. La locale aurait tort de s'en séparer.»

Leclère devrait en savoir plus aujourd'hui sur son avenir. Il sera entendu par le président de la fédération socialiste bruxelloise Philippe Moureaux. Celui-là même qui demandait dimanche aux socialistes indélicats à Charleroi de faire des pas de côté.

Mateusz Kukulka



Het Laatste Nieuws 06/06/06 11h32

Le président de la section du PS de Saint-Josse démissionne

Roger Leclère, président de la section du PS de Saint-Josse-ten-Noode a décidé de démissionner de la présidence de la section de la commune, a-t-on appris via un communiqué envoyé par Philippe Moureaux, président de la Fédération bruxelloise du PS. La RTBF avait révélé ce dimanche qu'il disposait de deux domiciles fictifs dans le but d'exercer ses mandats politiques et qu'il avait décidé de se démettre de son poste de conseiller du CPAS. Roger Leclère, également auditeur à la Cour des Comptes et président de la société de logement social à Saint-Josse, avait envisagé de démissionner de son poste de président de section du PS. C'est désormais chose faite. La décision est intervenue ce mardi à la suite d'une réunion avec Philippe Moureaux. Il assurera toutefois la continuité de la fonction jusqu'à son remplacement.