jeudi, juillet 20, 2006

Déjà des ratés dans le nouvel espace Madou-Lenders

Ecolo critique la tour Madou

Les écolos de Saint-Josse regrettent que les architectes et promoteurs de la Tour Madou aient oublié les personnes à mobilité réduite. « La tour elle-même est accessible mais les commerces au rez-de-chaussée ne le sont pas, à cause d'une marche qui ne permet pas le passage de fauteuils roulants, de caddies et autres poussettes », explique Zoé Genot, députée fédérale et tête de liste Ecolo.

« L'intégration de plateaux entièrement accessibles à tous devrait être un réflexe. Si ce n'est pas le cas, les pouvoirs publics doivent y veiller, à travers la délivrance des permis notamment. » Les verts vont écrire aux propriétaires (la Commission européenne) de la tour afin qu'ils adaptent les lieux. « Si la conciliation ne suffit pas, nous introduirons une plainte auprès du Centre pour l'égalité des chances », conclut Zoé Genot.

Anne-Cécile Huwart, Le Soir 20 juillet 2006


L'artère soulage Madou

Une kyrielle de jazzmen, parmi lesquels Philippe Catherine, ont assisté mercredi à l'inauguration de la rue Léopold Lenders, juste derrière la tour Madou. En musique, comme il se doit.
Pol Lenders a incontestablement joué un rôle dans l'explosion du jazz en Belgique, et à Bruxelles en particulier depuis les années soixante. Il a ouvert plusieurs clubs de jazz sur le territoire de la Ville de Bruxelles puis à Ixelles, comme le « Bierodrome », place Fernand Coq. Sans oublier sa contribution à la création du Saint-Jazz-ten-Noode. « Il a permis à de nombreux musiciens d'exister », dit le maïeur-jazzman Jean Demannez.
Ce jeudi, les voitures succèdent aux musiciens dans la nouvelle voirie. Celle-ci permet désormais aux automobilistes de passer de la chaussée de Louvain à la rue Scailquin, et inversement. Libérant ainsi le carrefour Madou. La rue Pol Lenders accueillera également bientôt cinquante nouveaux logements. « Ils viendront compenser la disparition des logements dans le cadre des travaux de la tour Madou, note Jean Demannez. La commission de concertation a rendu un avis favorable. Le permis est attendu pour la fin de l'année. »
Une touche de plus dans la revitalisation de ce quartier qui accueille depuis peu les fonctionnaires européens, installés dans la tour Madou. Pour les attirer dans les commerces ten-noodois, l'Atrium Saint-Josse a récemment accroché des bannières dans la chaussée de Louvain. Celles-ci ont un rôle d'embellissement du quartier. Elles signalent aussi le site internet lancé par l'Atrium (www.meltingshopping.be) de promotion des commerces locaux. Prochainement, les trottoirs, façades et enseignes du quartier devraient également subir un lifting.

Le Soir 29 juin 2006


Du logement moyen à Madou

En septembre prochain, une enquête publique débutera sur un projet de logements, commerces et bureaux situés rue Pol Lenders, juste derrière la Tour Madou. Ce projet prévoit pas moins de 89 appartements, 900 m² de surface commerciale et 91 places de parkings.

Si le permis est accordé, les travaux devraient commencer au début du mois de décembre pour s'achever un an et demi plus tard. Mais ce projet suscite déjà pas mal d'intérêts notamment du côté de la commune. Il faut dire que le projet permettrait d'implanter du logement moyen dans le quartier et permettrait ainsi d'améliorer considérablement cette partie de Saint-Josse.

On attendait depuis quelques temps que d'autres rénovations suivent celles de la Tour Madou dans le quartier. En effet, cette opération d'envergure qui visait à réhabiliter la Tour a été saluée par le Mipim Award des immeubles de bureaux rénovés. Un succès qui incitait à continuer la rénovation du quartier de Saint-Josse.

Mis à part ce projet, on attend aussi avec impatience la rénovation de la place Saint-Josse dans le cadre de l'accord de coopération Beliris.

Le projet de la rue Pol Lenders laisse en outre apparaître de nombreuses possibilités pour l'avenir des commerces de la commune. Certains imaginent d'ailleurs un quartier commerçant allant de la Place Madou à la Place Saint-Josse. Mais avant de pouvoir s'y promener pour une journée de shopping, il faudra encore attendre !

S.L. (St.), Tribune de Bruxelles, 13 octobre 2005