vendredi, juillet 28, 2006

La Yavas connection, suite et pas fin...

Le jour où le parquet se décidera enfin à approfondir des enquêtes sur Yavas et ses relais/clients politiques, Jean Demannez aura quelques explications à donner, je viens en effet d'apprendre aujourd'hui (les langues se délient à l'administration communale, des fonctionnaires osent parler - entre deux portes - à des candidats de l'opposition, qui informent aussitôt votre serviteur) qu'en plus du reste il lui aurait permis, contre l'avis de l'agent de quartier, d'avoir un faux domicile au-dessus de la salle Damla alors qu'il habitait une magnifique villa à Meise, mise au nom de son épouse (officiellement ex-épouse, puisqu'il a même pris la précaution de divorceren cas de coup dur !) .

Quant à l'associé de Yavas dans les statuts des sprl Mi-Gros et Golfimmo, Fred Dekinder, c'est un clochard, un sans-domicile-fixe, tout le monde sait dans le quartier qu'il n'y a aucun non-Turc au 193 rue Potagère, une adresse où a habité Yavas à ses débuts et qu'il avait conservée indûment comme domicile en prévision d'éventuels revers de fortune. Nul doute que le jour où aura lieu un contrôle du personnel de ces sociétés, au 40-42 rue des Coteaux, et que du personnel "en noir" occasionnera des amendes, c'est Dekinder qui casquera après que Yavas lui aura offert gracieusement toutes ses parts et le mandat de gérant, le procédé est bien connu dans le petit monde entrepreneurial turco-bruxellois.

Yavas reste par exemple toujours gérant de la sprl Euro-Maintenance Services, qui est en fait l'alter ego de la sprl Euro-M, déclarée en faillite le 20 juin 2005 après un transfert de siège social le 29/01/2003 et une augmentation de capital le 03/02/2003... Il se dit que cette faillite avait pour but d'effacer l'ardoise vis-à-vis de l'ONSS et autres créanciers, suite à de nombreuses amendes pour emploi de travailleurs en séjour illégal ou au chômage, et pour défaut de protection contre l'amiante sur des chantiers de démolition (baptisés "nettoyage de chantier" pour contourner la législation).

Yavas se vante par ailleurs, de même que son acolyte Mahmut Korkmazer, d'avoir généreusement arrosé Emir Kir pendant sa campagne électorale de 2003, espérant disposer ensuite de "son" député, sur le modèle de ces politiciens de Chicago dont la carrière avait été "encouragée" par des boss mafieux italiens. Mais la créature a échappé aux Frankenstein...

Le mystère de la pyramide turque et du pharaon Demannez - épisodes précédents

  1. 21/07 Décidément, la situation à Saint-Josse ne s’améliore guère, bien au contraire ! (Rachid Z)
  2. 23/07 Une bien étrange affaire de salle de fêtes "non-Turcs s'abstenir" (Frédéric Jottrand)
  3. 25/07 Une société sous-loue une salle communale pour laquelle elle n'a aucune autorisation (Mateusz Kukulka, Laurent Willen)
  4. 27/07 La Pyramide de St Josse à la recherche d'un Pharaon (Thierry Balsat)
  5. 27/07 Demannez à la tête de la Pyramide des pots de vin ? (Frédéric Jottrand)
  6. 27/07 Geoffroy Clerckx: "je n'ai pas de "relations privilégiées" avec Mesut Yavas" (Geoffroy Clerckx)

2 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Mesut Yavas en a pris pour 20 mois ferme

Guy Bernard, le 23 avril 2012

Le tribunal correctionnel a condamné Mesut Yavas à 20 mois de prison ferme (pour faillite frauduleuse) et son fiston, à 10 mois. Dans le sérail tennoodois, l’homme d’affaires est tout sauf un inconnu. En 2005, il obtint la concession des Pyramides - les salles sous Rogier - où il montera divers événements. Sans autorisation. C’est lui aussi qui disposa de la salle Damla, rue Potagère. Devenue salle de fêtes (et de nuisances dont se plaignirent les riverains), l’ex-entrepôt n’avait pas non plus reçu l’agrément communal. Naguère proche des politiques (en 2005, ne partit-il pas en Turquie en compagnie de Jean Demannez, le maïeur ?), Mesut Yavas est désormais… recherché.

mardi, avril 24, 2012 12:59:00 AM  
Anonymous Anonyme said...

Bruxelles: un homme d'affaires turc devenu encombrant

REGIONS | lundi 16 avril 2012 à 17h45

L'homme d'affaires turc Mesut Yavas a été condamné à 20 mois de prison ferme, le 5 avril dernier, par le tribunal correctionnel. Il est signalé à rechercher en vue de son arrestation. Mesut Yavas est un personnage sulfureux, bien connu notamment des autorités communales de Saint-Josse. On lui reproche la gestion frauduleuse d'une de ses multiples entreprises.

Mesut Yavas, c'est une figure bien connue de la communauté turque, très active sur les territoires de Schaerbeek et Saint-Josse. Cet homme d'affaires possède ou a possédé une myriade d'entreprises actives dans de nombreux secteurs, du nettoyage à l'alimentation en passant par l'immobilier. Il fut notamment le propriétaire de la salle Damla, rue Potagère, un ancien entrepôt transformé sans autorisation en salle des fêtes, où de nombreux mariages furent organisés, suscitant des plaintes du voisinage.

C'est lui aussi qui, en 2005, obtient brièvement, et dans des conditions pas claires, la concession des Pyramides, un ensemble de salles situées sous la Place Rogier. Mesut Yavas y organisera quelques activités, dont un concert pop, avant qu'on ne s'inquiète de l'absence d'autorisation pour ces manifestations. L'homme ne dédaigne pas les contacts avec les responsables politiques : il a effectué, en 2005, un voyage en Turquie en compagnie du bourgmestre socialiste de Saint-Josse, Jean Demannez. On trouve aussi sur internet des photos de Mesut Yavas posant fièrement en compagnie de personnalités FDF de Schaerbeek. Tous doivent le regretter depuis la condamnation de l'homme d'affaires à 20 mois de prison ferme pour faillite frauduleuse. Mesut Yavas est désormais signalé à rechercher.

Philippe Carlot

mardi, avril 24, 2012 1:01:00 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home