jeudi, juillet 27, 2006

Un candidat socialiste ni incompétent ni malhonnête, l'exception qui confirme la règle

Je parcourais le blog sur la campagne électorale à Saint-Josse, où il est fait mention de Ahmed Medhoune.
Ce sociologue (entre autre) belge d’origine marocaine a un parcours remarquable, et s’est forgé une connaissance et une réflexion intéressantes de l’enseignement en Communauté Française.

la suite sur le Blog d'Alexandre Plennevaux


Commentaire de Frédéric Jottrand:

Ahmed Medhoune est membre du PS de longue date, mais il est arrivé à sa situation actuelle sans pistons, c'est en effet un candidat d'un niveau nettement supérieur à la moyenne sur tous les plans, intelligent, stylé, le sens de l'autodérision et l'approche charmeuse et de mise en valeur vis-à-vis de ses interlocuteurs.

Son seul défaut, outre d'être au PS, c'est de ne pas avoir respecté le cordon sanitaire à l'égard des institutions officielles marocaines sous le règne de Hassan II, il a été invité plusieurs années d'affilée à la fête du trône et n'a jamais refusé.

La nouvelle n°2, Béatrice Meulemans (SP.A), n'a pas l'air mal non plus, paraît-il. Dans les deux cas ce sont des gens qui ont la quarantaine, un boulot qui leur permettrait d'aller habiter dans des quartiers plus verts mais qui ont choisi d'acheter à Saint-Josse et d'y vivre, et un niveau intellectuel et une expérience professionnelle qui leur permettraient, le cas échéant, d'assumer sans difficultés des responsabilités scabinales.

Jusqu'il y a peu, il y avait 8 échevins à Saint-Josse, il en reste 7 mais aucun ne s'est fait remarquer pour son courage politique ni pour sa compétence ou son assiduité aux réunions de travail.

L'échevine Ilunga semble incapable de respecter des rendez-vous de travail, en deux ans la plupart des enseignants communaux ne l'ont encore jamais rencontrée, alors qu'à Schaerbeek son homologue Lahlali est très présent dans les écoles, notamment aux proclamations de résultats, et donc connu tant des parents que des enseignants.

Et avant elle, l'instruction publique était partagée entre Demannez (secondaire) et Kir (primaire), Namli avait les crèches.

Nul doute qu'Ahmed Medhoune ferait un bien meilleur échevin de l'instruction publique, avec par exemple en plus les crèches et les académies. A mon avis, c'est d'ailleurs son objectif, sinon je ne vois pas pourquoi il se serait engagé dans cette galère, ni pourquoi il n'aurait pas quitté le navire après tous les scandales récents (et c'est pas fini...).

Et pourquoi ne pas l'envisager comme successeur potentiel de Demannez, sachant que les autres candidats PS ont des casseroles aux guêtres, des squelettes dans leurs placards ou des toiles d'araignée dans le vide de leur boîte crânienne.