dimanche, juillet 23, 2006

Une bien étrange affaire de salle de fêtes "non-Turcs s'abstenir"

Dans son blog, Rachid Z évoque un curieux méli-mélo de location de la salle Pyramides (sous la place Rogier) acceptée puis refusée par une "sprl Fleur" (inconnue au Moniteur belge [note du 30/07: il s'agit en fait de F.L.E.U.R.S.]), agissant pour compte du locataire officiel des lieux, la sprl Golfimmo dont le gérant n'est autre que Mesut Yavas, le patron du supermarché turc Mi-Gros (rue des Coteaux), de la salle Damla (rue Potagère [note du 30/07: la sprl Damla Salon, créée en 2001, a été rebaptisée en 2002 Euro Maintenance Service]) et de nombreuses autres sociétés (pour avoir un tableau complet, tél. au 0903/42.042, attention ça coûte un euro/minute).

Pour résumer, deux jours avant la fête nationale belge qui devait se dérouler dans cette salle avec NRJ comme sponsor, les gestionnaires de ladite salle ont dénoncé le contrat de location au prétexte "que cette espace communal serait exclusivement réservé aux festivités et aux célébrations de mariages de la communauté turque". Les organisateurs ont alors appris, de la bouche d'"un représentant du bureau de l'urbanisme", "que les responsables de Golfimmo n’étaient pas en mesure de louer la salle puisqu’elle ne satisferait pas aux exigences de sécurité imposées aussi bien par les pompiers que par la Stib" (les citations proviennent de l'article de Rachid Z).

Il faut rappeler ici le contexte de tout cela:
  1. en 2001, Mesut Yavas, homme d'affaire turc de mauvaise réputation qui possède un entrepôt rue Potagère à Saint-Josse (mais sur la limite avec Schaerbeek) le transforme en salle de fêtes sans aucune autorisation, créant des frictions avec le voisinage à cause des nuisances diverses (la salle peut accueillir 800 personnes), frictions qui débouchent parfois sur des empoignades et des menaces, notamment à l'encontre de Jules Spooren, échevin SP.A qui habite à quelques maisons de là (en voilà un qui ne peut être suspecté d'avoir déserté Saint-Josse, bravo !)
  2. en avril 2003, pendant la campagne électorale des législatives, un meeting du PS se tient dans la salle en présence notamment des candidats Demannez (bourgmestre) et Kir (échevin), mais aussi des deux premiers de la liste, Charles Picqué et Laurette Onkelinx, le financement (location de la salle, nourriture, boissons, groupes musicaux) est assuré par un comité de soutien incluant... Mesut Yavas et Mahmut Korkmazer, "homme d'affaires" du même acabit, traînant une réputation encore plus sulfureuse que Yavas
  3. en septembre 2003 le collège communal (PS-PRL-SP.A) décide que la salle ne pourra plus être exploitée à partir du 14 octobre sauf autorisations ponctuelles
  4. le 28 novembre 2003 les sections MR de Schaerbeek et de Saint-Josse [voir démenti de l'échevin Clerckx] organisent une grande fête de fin du ramadan dans cette salle, à destination de la population turque, sans la moindre autorisation alors que l'échevine PRL (passée au PS en 2006) Nezahat Namli est présente, ainsi que Bernard Clerfayt, bourgmestre FDF de Schaerbeek (à côté de Mesut Yavas, le moustachu sur la photo), Sait Köse, échevin FDF de Schaerbeek, et Olivier Maingain, président du FDF (pas sur la photo - publiée sur www.belturk.be - puisqu'il n'est ni de Saint-Josse ni de Schaerbeek, il ne compte pas)
  5. lors du conseil communal de janvier 2004, le conseiller Ecolo Ahmed Mouhssin interpelle le collège à ce sujet (cf. un compte-rendu), avec pour résultat: "Le bourgmestre précise qu’ils ont, depuis le 14 octobre, simplement toléré 2 ou 3 mariages pour ne pas léser les familles mais qu’ils maintiennent la fermeture, qu’il existe un recours pendant au collège d’urbanisme. Jusqu’à la décision de ce collège, le bourgmestre assure maintenir l’interdiction des activités de mariage mais annonce également qu’une nouvelle demande d’autorisation aurait été introduit par le propriétaire.", mais la situation reste inchangée, des fêtes de mariages et des réunions politiques (toutes entre Turcs, notamment une concertation entre politiciens négationnistes face à la "chasse aux sorcières" que leur livrerait le puissant "lobby arménien") continuent à se dérouler dans la salle
  6. en mai 2005, le bourgmestre Demannez annonce aux médias turcs de Belgique que la salle va réouvrir via un subterfuge, la gestion des activités sera assurée par l'asbl Association de la pensée ataturkiste (extrême-gauche hyper-nationaliste, anti-européenne, anti-américaine et négationniste), et il s'agira officiellement d'"activités culturelles", étant bien entendu que les fêtes de mariage appartiennent à cette catégorie, le site Beltürk (dépendant d'une asbl, "Institu Bel Türk", rachetée par... Mesut Yavas !) conclut l'annonce d'un "Teşekkürler Jean Demanez", "Merci Jean Demannez".

  7. en juin 2005, le bourgmestre Demannez part en Turquie avec... Mesut Yavas (c'est le moustachu debout sur la photo; entre les deux, c'est l'attaché de presse de Demannez, bénéficiaire d'un logement communal dans des conditions douteuses, voire illégales)
  8. en septembre 2005, Mesut Yavas inaugure en grandes pompes son supermarché Mi-Gros, en présence des autorités communales de Saint-Josse et de Schaerbeek, le parking est entouré de pancartes "parking Salle Damla" clouées aux arbres et attachées aux signaux routiers
  9. au même moment, Mesut Yavas reçoit la concession de la salle des Pyramides, sous la place Rogier, pour compenser sa soi-disant perte financière due au refus de la Région d'autoriser l'exploitation de la salle Damla malgré une autorisation délivrée par Demannez contre l'avis du service de l'urbanisme; de toute façon Yavas s'en fout puisque les mariages et autres locations payantes (2.000 euro pour la salle "brute", beaucoup plus s'il faut assurer le service, la musique, la bouffe) n'ont jamais cessé, il est donc gagnant des deux côtés
  10. depuis lors, des fêtes de mariage turques et autres événements uniquement turcs se dérouleraient dans les deux espaces, tant rue Potagère (aucun doute à ce sujet) que place Rogier (ce que laissent notamment penser les relevés de consommation d'électricité), au plus grand bénéfice de Mesut Yavas, au vu et au su de tous, IBGE, urbanisme, police etc.
Nul doute que le bourgmestre Demannez, s'il est interrogé au sujet de ses relations avec un personnage aussi douteux que Mesut Yavas, de leur voyage en Turquie, des passe-droits et autres contrats accordés aux sociétés de Yavas, répondra comme en juin 2003 à l'issue de son procès dans l'affaire Vella/Multiservice, "Un autre problème est soulevé ici. C'est celui de la relation entre une personne qui exerce un mandat public et des personnes issues du privé. Le métier qu'on exerce nous amène à rencontrer pas mal de monde.". Certes, mais quand on s'est déjà fait prendre une fois à ce jeu-là, il devient difficile de convaincre quand on récidive aussi clairement...


Le mystère de la pyramide turque et du pharaon Demannez - épisodes précédents
  1. 21/07 Décidément, la situation à Saint-Josse ne s’améliore guère, bien au contraire ! (Rachid Z)

3 Comments:

Anonymous Anonyme said...

L'échange entre les deux salles est un marché de dupes.Superficie : Pyramide : 5000 m². Damla : 1000 m². Situation : Pyramide : Place Rogier, un endroit stratégique connu de tous. Damla : la rue Potagère, petite rue de Saint-Josse. Rentabilité : Pyramide : un gros événement comme le festival de l'érotisme rapporte environ 30.000 euros en 3 jours. Damla : Urbanistiquement, la salle est affectée à usage d'entrepôt, le permis pour le changement d'affectation en salle de fêtes a été refusé. La salle est donc inutilisable que ce soit pour des mariage ou pour un pseudo centre de formation européen. Conclusion :Demannez nous prend pour des cons. Son seul but est de faire main basse sur les voix turques, l'électorat naturel de son rival Kir. Faisant d'une pierre deux coups, il permet à son ami Yavas de conclure une affaire juteuse.

lundi, juillet 31, 2006 4:52:00 PM  
Blogger Frédéric Jottrand said...

Bien vu ! Il faut aussi savoir que Yavas a une dent contre Kir et l'a fait savoir Turcorum urbi et Turcorum orbi: il avait arrosé ce dernier pour ses campagnes électorales mais l'autre n'a pas renvoyé l'ascenseur une fois nommé secrétaire d'état, en tout cas c'est comme ça que Yavas l'a compris puisque, en réalité, Kir n'a pas compétence en la matière. C'est alors que Demannez a pensé pouvoir trouver un allié déçu de Kir et a imaginé toute cette embrouille casse-gueule. Résultat: maintenant, Demannez vient de se mettre à dos un personnage douteux qui risque de tomber et pourrait bien devenir loquace quand la police fédérale le cuisinera...

lundi, juillet 31, 2006 6:21:00 PM  
Anonymous Anonyme said...

Il est suspect dans toute une série de dossiers au parquet de Bruxelles : fraude fiscale, banqueroute, fraude comptable ...

mercredi, mai 30, 2012 10:38:00 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home