jeudi, septembre 14, 2006

Page spéciale du Soir de mercredi sur Saint-Josse

Saint-Josse, la fragile mutation

La fin de la législature a été mouvementée à Saint-Josse. Dénonciations en cascade, démission et déménagements d'échevins... : des « affaires » de fausses domiciliations et d'attributions peu éthiques dans les logements publics ont défrayé la chronique. Des langues se sont déliées, libérées sans doute par la vague de révélations accablant le PS à Charleroi. Sans que le phénomène à Saint-Josse ne soit comparable, il montre néanmoins les risques que comporte une gestion maintenue entre les mains des mêmes élus pendant des décennies. Après l'ère Cudell, entamée en 1947, l'actuel bourgmestre Jean Demannez, a pris la relève. Il fait partie du collège depuis 1976. A sa décharge, Saint-Josse cumule les difficultés : revenus moyens par habitant le plus bas du pays, densité de population proche de celle de Calcutta, bâti ancien... Cette législature a permis des améliorations. Mais, selon l'opposition, elle a aussi failli par une gestion manquant parfois d'éthique et de professionnalisme.

La commune s'est transformée. C'est dans le quartier nord que la mutation est la plus radicale. Un bon millier de nouveaux habitants se sont installés sous les buildings de verre et d'acier, du côté de la rue du boulevard Albert II. Des bobos, souvent flamands. Un cadre qui dénote face au reste de la commune et les « carrées » toutes proches... La tour Dexia, le réaménagement de la place Rogier et celui du pont de Brabant (en galerie de commerces centrés sur l'homme) devraient peaufiner la métamorphose.

Trois contrats de quartier ont redoré la commune. Le quatrième est actuellement à l'enquête publique. A califourchon sur la rue Royale, de la rue de Brabant à la rue de la Limite. Une nouvelle manne régionale de 9 millions d'euros. Mais sera-t-elle utilisée efficacement ? Les Verts en doutent. « Pour le contrat Houwaert-Bossuet, seuls 50 % du volet social ont été utilisés, commente Hamed Mousshin, conseiller sortant. Il est impératif de mettre les moyens humains pour pouvoir utiliser cet argent bien nécessaire. »

Sauvegarde du patrimoine et réalisation de projets prestigieux. Une des belles réussites de cette majorité est le sauvetage des ateliers Mommen, une cité d'artistes convoitée par les promoteurs. La commune a lâché trois millions d'euros pour acquérir cet ensemble datant du XIXe siècle.

Désaffectée depuis 1918, l'ancienne gare de Saint-Josse a elle aussi bénéficié de l'intérêt culturel du bourgmestre. Ou plutôt de sa passion du jazz. Le lieu est superbe. Mais, dans l'opposition, on regrette que le bourgmestre ait préféré « se faire plaisir » plutôt que de profiter du Fonds structurel européen à un projet qui aurait davantage touché les Ten-noodois. Le bourgmestre, lui, assume. « Il fallait un label qui puisse intéresser l'Europe, commente Jean Demannez. Et il manquait d'un lieu emblématique pour le jazz à Bruxelles. »

L'emploi, un défi plus qu'ailleurs. Saint-Josse compte 38 % de demandeurs d'emplois, 41,2 % chez les moins de 25 ans... En cause : le manque de qualification (la majorité des Ten-noodois n'a pas de diplôme de fin d'études secondaires et trois habitants sur dix sont analphabètes), la discrimination à l'embauche (80 % des habitants sont d'origine étrangère), la fracture numérique et le manque de places en crèche (144 pour 2.300 enfants de moins de trois ans). Les Ecolos critiquent par ailleurs l'enseignement communal qu'ils jugent médiocre. Selon eux, il ferait fuir les Ten-noodois eux-mêmes. L'échevine de l'instruction publique, Dorah Ilunga, réplique par un refus de pratiquer une politique élitiste.

L'opposition dénonce aussi une certaine inertie du pouvoir local à prospecter des emplois auprès des entreprises. La commune compte pourtant de nombreux restaurants et représente le deuxième parc hôtelier de la Région.

Un plan de mobilité critiqué mais réussi. La mobilité est un enjeu important : coincée entre la place Meiser et la petite ceinture, Saint-Josse est traversée par des milliers de navetteurs, à chaque heure de pointe.

Afin de limiter le trafic de transit, la commune a adopté en 2005 un plan de mobilité. Ça grogne dans certains quartiers et de nombreux changements ont été opérés de manière chaotique. Mais l'objectif de ce plan était de réduire le trafic de transit dans les quartiers du centre. Or, selon le bureau d'études Stratec, la pression automobile a diminué de 25 % dans les rues résidentielles. Bien sûr, quand Saint-Josse tousse, ses voisines s'enrhument... L'engorgement étant repoussé hors des courtes frontières communales. « L'idée est que notre plan fasse tâche d'huile », précise le bourgmestre.

Anne-Cécile Huwart
(Le Soir 13 septembre 2006)

Un bourgmestre omnipotent

On reproche souvent au bourgmestre d'être partout et de prendre la parole à la place de certains collègues, mais cela vaut souvent mieux ! », déclare ce connaisseur de la politique locale. Eric Jassin, tête de liste CDH, enchaîne. « Au début, je me réjouissais de cette majorité, multiculturelle, à l'image de la commune. Mais en termes de compétences... » Ahmed Mousshin (Ecolo) ajoute : « C'était un mauvais casting ! »

Le côté sympathique du bourgmestre séduit. Mais beaucoup dénoncent le copinage et l'improvisation de l'équipe en place. Exemples : la clé de la pyramide Rogier remise à un promoteur turc douteux, sans contrat écrit ; un ingénieur communal, trésorier à la Régie des rénovations, qui surfacture illégalement ses heures à une ASBL paracommunale.
« Il est grand temps qu'on change cette équipe et qu'on mette de l'ordre !, clame Francis Impatient, conseiller FDF. L'échevin des sports est absent depuis un an. Et le départ d'Emir Kir (NDLR : pour un poste de secrétaire d'Etat, en 2004) n'a pas arrangé les choses... »

En 2000, la Liste du bourgmestre regroupait des socialistes et des libéraux. Nezahat Namli étant passée au PS, Clerckx est aujourd'hui le seul échevin MR. Il se présente cette fois avec le FDF. La LB inclut désormais le PS, le SPA et des indépendants. Troisième sur la liste du bourgmestre, Emir Kir n'est pas officiellement candidat. Cette Liste devrait rafler pas mal de sièges, mais a promis de s'allier avec un partenaire. Lequel ? Entre le MR, le CDH, les Ecolos et la liste d'indépendants de Thierry Balsat, les jeux sont ouverts. Mais les couacs ont été fréquents, entre le bourgmestre et l'échevin Clerckx. Opposé à certaines pratiques, ce dernier a fini par briser la « collégialité », comme dans les affaires d'attribution de logements. Dénonçant lui aussi ces pratiques, le CDH Eric Jassin a quant à lui été jusqu'à demander la démission de Demannez. Balsat n'étant pas en odeur de sainteté, les Ecolos partent favoris. A moins... qu'une majorité alternative ne se dégage au lendemain du scrutin.

Anne-Cécile Huwart
(Le Soir 13 septembre 2006)

Un budget en équilibre
Si l'opposition dénonce une gestion parfois peu professionnelle de la commune, cette majorité est pourtant parvenue à atteindre l'équilibre budgétaire. « Avec une réduction progressive de la dette », souligne l'échevin des finances, Mohamed Jabour (PS). Beaucoup de Ten-noodois sont pauvres. Mais la commune bénéficie des taxes émanant des bureaux et hôtels situés sur son territoire, ainsi que d'importants apports régionaux et européens. Sous l'ère Cudell, deux maisons de jeunes et deux crèches ont été fermées pour raisons budgétaires... L'école Tournesols, rue Saint-François, a également failli y passer. Preuve de la meilleure santé financière : l'école vient d'être entièrement rénovée et inclut même de spacieux logements.
(Le Soir 13 septembre 2006)

Manque de soutien aux PME
Saint-Josse vient d'être classée avant-dernier « putois » par Agoria, la Fédération de l'industrie technologique, en raison de sa lourde pression fiscale sur les entreprises pourtant pourvoyeuses d'emplois. « La petite taille de la commune ne justifie pas tout, commente Eric Jassin, tête de liste CDH. Les commerçants ten-noodois sont parmi les moins bien traités de la Région ! » Ecolo et CDH dénoncent le manque de soutien aux PME. « Aider les indépendants, jusqu'à l'épicier du coin, permettrait pourtant de dégrossir les rangs des allocataires sociaux., note Ahmed Mouhssin (Ecolo). Il faudrait par ailleurs davantage inciter les entreprises à engager des Ten-noodois. »
(Le Soir 13 septembre 2006)

Mme Huwart a réussi à écorcher deux fois sur trois le nom du conseiller Ecolo Ahmed Mouhssin: "Hamed" et "Mousshin". Il faudrait tout de même que Le Soir fasse quelques efforts pour respecter le caractère multiculturel de notre région en demandant à ses correcteurs de toujours bien vérifier l'orthographe des noms propres, c'est tout de même irrespectueux vis-à-vis des personnes de systématiquement mal écrire leur nom. Comme sur l'affiche de la Liste du Bourgmestre Demannez, où Ilunga prend deux "l" et Ardiclik un "ck" à la fin. Le fait qu'il s'agisse de la commune à plus fort taux d'analphabétisme ne justifie rien !

3 Comments:

Blogger Jean-Jacques Ben Amadou said...

Bien sûr, quand Mme Huwart critique la majorité, peu vous importe que l'ortographe des noms soit correcte, mais quand elle se livre à une analyse plus nuancée de la situation à St-Josse ( ce qui est incontestablement le cas ici..)alors, elle devient soudain très mauvaise...

jeudi, septembre 14, 2006 12:17:00 PM  
Blogger Willy Vanderkeerssen said...

Des fautes portant sur les noms sont un signe de grossièreté !

jeudi, septembre 14, 2006 8:35:00 PM  
Blogger Siny Web said...

La règle est qu'il n'y a pas de fautes aux noms propres, néanmoins, il faut bien admettre que celà fait toujours plaisir de voir son patronyme correctement orthographié...

Un tout petit peu d'attention et le tour est joué, mais on ne va pas polémiquer sans fin et ergoter sur des détails, l'important dans tout ça, c'est bien le CONTENU!!!

Quant à être ou pas en "odeur de sainteté" auprès de la "mafia locale", sans façons, ça ne m'intéresse pas!

Si on ne l'est pas, c'est uniquement parce que l'on met le doigt sur les vérités et qu'on pose les questions qui dérangent...!!!

S.C., 5ème sur la LC et toujours aussi fière d'y être...vjfja

samedi, septembre 16, 2006 2:49:00 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home