mercredi, octobre 04, 2006

Nouveaux remous à Saint-Josse

Fin de campagne à coup de plaintes

Dans la petite commune bruxelloise de Saint-Josse-Ten-Noode, le torchon brûle plus que jamais entre le bourgmestre sortant Jean Demannez et la tête de la "Liste communale" Thierry Balsat (ex-cdH) qui en sont venus à procéder l'un envers l'autre par plainte interposées, en cette fin de campagne électorale. Le deuxième nommé a annoncé ce matin le dépôt d'une plainte contre X pour l'attribution de marchés communaux dans des conditions trop opaques à son goût à la société Dalkia, spécialisée dans l'entretien d'équipements de chauffage. Pour le bourgmestre, "trop is teveel". Il a annoncé le même jour son intention de déposer plainte en diffamation contre le Conseiller communal indépendant.

(Le Soir, Fil Info)


Nouveaux remous à Saint-Josse

Thierry Balsat est devenu conseiller communal en mai dernier à la suite de la démission d'une élue. Il siège depuis en tant qu'indépendant. Et il ne se prive pas de fouiller dans les documents de l'administration.

Il vient ainsi de découvrir qu'une même société - appelons-la « D » - a obtenu plusieurs marchés publics pour l'entretien des installations de chauffage de bâtiments communaux et scolaires. Alors que les prix proposés par cette société n'étaient pas toujours les plus bas. Or, un des membres du personnel de cette société est le frère du bourgmestre Jean Demannez. Pour Thierry Balsat, il y a conflit d'intérêts. Il vient de déposer une plainte contre X. « Je constate une certaine opacité dans l'attribution des marchés publics, explique-t-il. La justice doit faire la lumière sur cette affaire. » Geoffroy Clerckx, en charge des travaux publics, explique qu'il s'agissait de marchés « stocks », pour lesquels il n'y a pas de longs débats en collège. « Nous discutons des gros dossiers, comme la rénovation d'une école, relate l'échevin. Mais pas des procédures pour le renouvellement d'un stock de vitres ou de matériel de chauffage. Nous faisons confiance à l'administration. Cela dit, je pense que le bourgmestre aurait dû nous avertir que son frère travaillait dans cette société. Nous aurions alors posé des questions. »

Une plainte contre Balsat

Jean Demannez est hors de lui. « J'ai un autre frère qui travaille chez Electrabel, on ne va quand même pas éteindre la lumière pour autant !, tempête le maïeur. Celui dont on parle travaille dans la société « D » depuis 35 ans. Il s'occupe de chantiers privés, qui n'ont absolument rien à voir avec ceux de la commune. » Ce que l'on confirme du côté de la société. « Nous employons 1.400 personnes, il est fort possible que des liens existent avec des pouvoirs publics. »

D'après le bourgmestre, les attributions de marchés à la société « D » se sont déroulées dans la légalité. « A en croire M. Balsat, on dirait que D a obtenu tous les contrats de ces dernières années. Or, elle n'en a reçu que 0,46 % ! Si cette société a été choisie alors qu'elle n'était pas toujours la moins chère, c'est parce que c'était la seule qui correspondait au cahier des charges. Les soumissionnaires lésés ne se sont d'ailleurs jamais plaints. »

Pour Demannez, l'administration a travaillé avec sérieux. « Mais il lui devient de plus en plus difficile d'effectuer ses tâches avec Thierry Balsat. Avec lui, chaque geste est susceptible d'être entaché d'irrégularités. Ce monsieur doit être écarté de la chose publique. » Mardi matin, le collège a décidé de porter plainte contre Thierry Balsat, pour diffamation. Jean Demannez compte aussi aller en justice en son nom.

Anne-Cécile Huwart (Le Soir 04/10/2006)



Lutte judiciaire à Saint-Josse

Thierry Balsat porte plainte contre X. La commune et le bourgmestre l'attaquent nommément

SAINT-JOSSE "Il faut que le conseiller communal Thierry Balsat soit écarté de la chose publique, déclarait hier le bourgmestre socialiste de Saint-Josse Jean Demannez. Pour le bien de tous. Trop is te veel !"

La réponse du berger à la bergère a fusé hier tel un missile sur une cible en carton. Hier matin, le conseiller communal Thierry Balsat, chef de file de la Liste communale, réunissait la presse pour annoncer qu'il portait plainte contre X. "Il y a beaucoup d'opacité dans l'attribution des marchés publics, qui se fait souvent à la même société, très chère, où, qui plus est, travaille le frère du bourgmestre", dénonce Thierry Balsat.

Quelques heures plus tard, c'était donc au tour de Jean Demannez de convoquer la presse pour rendre sa pièce à son agresseur du matin. "Tour d'abord, le collège a décidé ce matin que les attaques portées par le conseiller communal portaient atteinte à l'honorabilité des membres de l'administration qui rédigent les adjudications de marchés publics, expliquait hier le bourgmestre. La commune va donc attaquer monsieur Balsat en diffamation." Et il a aussi précisé que la société citée par Thierry Balsat n'est impliquée que dans 0,46 % des marchés publics accordés par la commune. Il sera donc demandé au très connu Marc Uyttendaele de monter un dossier contre lui.

"En ce qui me concerne, je ne sais pas encore qu'elle sera la teneur exacte de ma plainte, déclarait Jean Demannez. Mais je trouve que c'est une idée fascisante que de lier le nom de mon frère à des fins électoralistes. Et je me dois de réagir. Il faut que tout cela cesse. Surtout quand ce monsieur, qui se veut le défenseur de la veuve et de l'orphelin, traîne quelques vilaines casseroles que je vais porter à la connaissance de la justice. "

Mateusz Kukulka

(La Dernière Heure 04/10/2006)

1 Comments:

Blogger Willy Vanderkeerssen said...

Le hic avec Balsat, c'est qu'il veut laver plus blanc que blanc tout en n'y connaissant RIEN à la législation en général ! A force de porter des plaintes contre X, il se brûlera les ailes !

jeudi, octobre 05, 2006 7:12:00 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home